Schéma directeur intercommunal de l'eau potable et de l'assainissement collectif

L’étude d’un schéma directeur consiste à réaliser un état des lieux et établir un programme d’actions pour améliorer le fonctionnement des réseaux et des ouvrages et proposer aux élus les solutions techniques et économiques les mieux adaptées à notre territoire.

Télésurveillance et sectorisation

Dans le cadre de l’élaboration de son schéma directeur d’eau potable et d’assainissement collectif, la Communauté de commune a prévu la mise en place de dispositif de sectorisation et de télésurveillance.

Ces dispositifs vont permettre à la collectivité d’avoir :

  • un meilleur suivi des réseaux (renouvellement des compteurs, création de compteurs, déploiement de télésurveillance, marnage des réservoirs) et une recherche d’amélioration des rendements,
  • une meilleure exploitation du système (création et remplacement de vannes de sectionnement, création de by-pass).

Rappelons que la loi Grenelle II impose aux collectivités des rendements minimums sur les réseaux d’eau potable de 66.3% sur notre territoire quand le rendement net à l’échelle du territoire est actuellement de 45%.

Depuis fin octobre 2019, la mise en place de vannes et le remplacement des compteurs est en cours et devrait se terminer fin juin 2020. Au final ce sont 11 by-pass, 31 vannes et 11 nouveaux compteurs qui auront été mis en place. 46 compteurs de sectorisations auront été remplacés, 44 sondes piézométriques installées dans les réservoirs et 55 modules de télésurveillance.

Suite à ces installations, une analyse des données de télésurveillance sera effectuée pendant une quinzaine de jours puis des campagnes de sectorisations nocturnes permettront de préciser, sur les branches les plus fuyardes, les secteurs déficients. Un programme de recherche de fuites plus fines sera ensuite mis en place par écoute ou corrélation acoustique qui permettra de planifier des travaux de réparations pour améliorer les rendements des réseaux.

Ces travaux sont financés grâce aux aides suivantes :

  • 50% de l’Agence de l’Eau Adour Garonne,
  • 20% du Département du Cantal,
  • 10% de l’Etat (DETR 2019).